Vaccination

VPH : un enjeu de santé à ne pas négliger

Si vous faites partie des personnes sexuellement actives, la question se pose : ferez-vous partie des quelque 70 % de Canadien·ne·s qui en seront un jour affecté·e·s ? Cette statistique a de quoi inquiéter, mais votre pharmacien·ne est là pour vous rassurer et vous offrir des conseils préventifs qui réduiront sensiblement vos chances d’être infecté·e. Ne tardez pas à prendre rendez-vous dans l’une de nos succursales pour en savoir plus et obtenir le vaccin qui vous assurera un maximum de protection.

Restez à l’affût des symptômes

Pour prévenir les conséquences potentiellement néfastes du VPH, le premier réflexe est de rester attentif à l’apparition de symptômes. Bien que de nombreuses personnes infectées par le VPH n’en présentent aucun signe visible, d’autres peuvent développer des verrues anogénitales ou condylomes.

Même si un système immunitaire efficace est généralement en mesure d’éliminer l’infection, il arrive que les cellules anormales évoluent vers un diagnostic de cancer. Pour les hommes, un examen régulier pour détecter la présence visible de condylomes est la première étape à suivre.

Pour les femmes, effectuer un test Pap sous prescription d’un·e médecin demeure le principal moyen de détecter une éventuelle exposition au VPH. Celui-ci permet de détecter de légères altérations des cellules du col de l’utérus en cas d’infection active. À noter qu’il est tout de même possible, comme dans le cas d’un virus inactif, qu’aucune anormalité ne soit décelée.


Parlez à votre pharmacien·ne du vaccin comme prévention du VPH

Le virus du papillome humain (VPH) est l’une des infections transmissibles sexuellement (ITS) les plus courantes. Il se transmet lors de rapports vaginaux, oraux ou anaux, ainsi que lors de contacts intimes avec la peau d’une personne infectée, pouvant parfois entraîner un cancer du col de l’utérus et de l’anus.

Encore une fois, la prévention est votre meilleure alliée, car les vaccins ne peuvent régler une infection existante, mais ils permettent de réduire considérablement le risque de contracter la maladie.


À savoir

· Les vaccins contre le VPH sont offerts uniquement aux personnes âgées de 9 à 45 ans.

· Les infections pouvant prendre plusieurs années à se déclarer, un·e partenaire stable ne constitue pas une garantie que le VPH ne peut se manifester. Contracter le VPH n’est pas non plus une preuve d’infidélité.

· Le préservatif est un excellent moyen de prévenir le VPH, mais il n’est pas efficace à 100 %, car le virus peut se propager par le contact des zones attenantes.

Si vous vous posez des questions sur cette infection, n’hésitez pas à en parler avec votre pharmacien·ne affilié·e à Accès Pharma. Il ou elle pourra vous conseiller l’un des trois vaccins offerts et procéder à la vaccination. Vous pourrez ainsi mener une vie sexuelle active en profitant d’une plus grande tranquillité d’esprit.

Prendre rendez-vous



Questions fréquentes

Vous avez d’autres questions? N'hésitez pas à contacter directement votre pharmacie!

  • L’accélération du rythme cardiaque, muscles tendus, difficulté à respirer, sentiment de culpabilité, difficulté à dormir, ce ne sont là que quelques-uns des symptômes les plus fréquents. Parlez-en avec votre pharmacien·ne , il ou elle pourra vous indiquer la meilleure ressource pour vous aider à reprendre le contrôle sur votre anxiété.

Derniers articles

Soin de l'homme

Érection : dysfonction érectile (impuissance)

Il est normal de ne pas toujours être en mesure d’atteindre ou de maintenir une érection satisfaisante. Le stress, la fatigue, la consommation de substances, les problèmes conjugaux et bien d’autres facteurs peuvent causer des problèmes passagers, mais il pourrait également s’agir d’un problème plus complexe.

Inscription à l’infolettre de votre pharmacien.ne Accès pharma

Inscrivez-vous à l’infolettre de votre pharmacien.ne pour profiter de ses conseils et ses offres.